Le Mambo Tour

Ça gueule et ça rit, ça fait surtout du bruit, il y a des couleurs qui s’empilent dans un joyeux désordre sur le parking de perce neige à Givrand.

Même le soleil de ce début août veut en être.

Ça c’est le Mambo, un truc, que certains appellerais un projet, élaboré avec enthousiasme un soir de Jumbo à Givrand également.

A ces heures où les néons éclairent trop fort un carrelage trop blanc ou les bottes commencent à coller. Quand les bières à moitié vide attendent leurs propriétaires partis pissés pour toujours.

D’un côté du comptoir qui n’était pas aussi haut il y a quelques heures des Marioles, copains pour toujours et de l’autre côté les mêmes mais éducateurs. Et là attention ça démarre.

‐ les Educs et les Marioles : « et si on faisait un Jumbo sur une semaine ».

‐ les Marioles et les Educs : « ah ouais ce serait vachement bien ! »

‐ et tous ensembles : « on appellerait ça un Mambo »

Quelques réunions, des pique‐niques avec les enfants et leurs parents et tout cela est au point. Pour le budget les marioles organiseront un bal, des parties de poker mais faut pas le dire, des baptêmes sidecar etc...

Les Educs feront de même avec les parents et les résidents. Y’a même des sponsors qui les aide.

Centre perce Neige jour J moins pas grand‐chose : Il y a ceux qui se connaissent et ceux qui ne connaissent pas, celui qui parle peu mais qui dit, les timides et les grandes gueules.

Ils ont vingt ans, ils en ont cinquante et vont vivre une semaine ensemble avec leurs différences. Et ça roule, ça visite, ça campe en chantant « les crocodiles » tous les soirs.

Ça s’aime et ça s’aime moins mais surtout ça se marre beaucoup et ensemble.

Jour J plus pas grand‐chose on ne sait plus très bien qui sont les résidents, les Educ ou les Marioles, alors tout ce beau monde dit qu’ils sont des « Mambis » c’est plus simple.

Maulévrier, Bazouge, les alpes mancelles la Mayenne ils se baladent dans les pays de Loire rencontre des gens accueillant et d’autre moins. C’est la vie. De baignade en barbecue, de fou rire en... fou rire, tous auront ces anecdotes que l’on raconte a ses parents, ses amis, comme une confidence.

Mais il faut rentrer. Retour à Givrand on s’attendrit un peu mais pas trop, se serait déplacé, une dernière fois ils chantent ensemble « les crocodiles » mais toujours aussi faux alors ils savent qu’ils repartiront pour répéter et répéter encore le soir ce fabuleux texte !

Allez les amis on boit le dernier et on y va…


Dernière mise à jour le 15-09-2016